Aller au contenu principal
Me connecter
ACCUEIL CNRACL

Actif

Employeur

Retraité

Toute l'actualité Aide et contact Documents, Publications Documentation Juridique
A +
A -

Logiciel Chimirisk, Fiches CMR - CHU Grenoble

Le Centre hospitalier universitaire de Grenoble Alpes (CHUGA) s’implique depuis plusieurs années dans la prévention du risque chimique. Il a conduit, dans le cadre d’un réseau associant plusieurs centres hospitaliers, le projet de valorisation du logiciel ChimiRisk.

 

Le développement, la validation et la valorisation de la nouvelle version du logiciel ChimiRisk s’inscrivent dans la continuité des actions menées par le CHUGA.  La poursuite des travaux de 2013 à 2015, a fait l’objet d’un financement du Fonds national de prévention de la CNRACL.

Après deux ans de développement et deux ans de tests dans plusieurs sites pilotes ChimiRisk est aujourd’hui une application internet mise à disposition des établissements de santé, créée conjointement par le CHUGA et Floralis (organisme de valorisation de la recherche de l’Université Grenoble Alpes), en collaboration avec la DGOS, la HAS, la FHF, l’INRS et plusieurs hôpitaux.

 

ChimiRisk a été validé dans plusieurs établissements de santé de taille et fonctionnement variés, ainsi que dans plusieurs secteurs : laboratoires de biologie (anatomo-pathologie…), secteurs de soins (désinfection des endoscopes, entretien des locaux…), blocs opératoires/réanimation (gaz anesthésiques…), pharmacie (préparation des chimiothérapies…), services techniques, logistique, blanchisserie…

 

Le logiciel ChimiRisk et sa base de produits partagée sont mis à disposition des établissements de santé via la plateforme Hop’Risk portée par le CHUGA. Cette plateforme a pour objectif d’aider les établissements à développer leur autonomie en prévention des risques professionnels notamment en les aidant à monter en compétences.

 

L’accès à la plateforme Hop’Risk se fait sous forme de convention inter-établissements.

Découvrez le site dédié

 

Plus de détails dans le dossier Risque chimique dans les établissements hospitaliers FNP 2016

 

Fiches CMR CHU Grenoble

Le Centre hospitalier universitaire de Grenoble Alpes (CHUGA) a engagé de nombreuses actions entre 2005 et 2012, avec le soutien financier du Fonds national de prévention de la CNRACL, dans le cadre de travaux d’un réseau menés sous sa responsabilité et associant les centres hospitaliers universitaires de Brest, Limoges, Lyon et Reims (voir plus bas, rappel historique réseau inter CHU).

 

Du fait de la toxicité et de la large utilisation de substances CMR au sein des établissements de santé, les enjeux de maîtrise de ces risques sont importants et concernent aussi bien l’identification, l’évaluation des risques, la traçabilité des expositions professionnelles ainsi que la substitution et la protection des agents.

 

Les risques liés aux CMR ont été largement inclus dans les recherches/actions conduites par le groupe de travail du réseau CHU, parmi lesquelles :

  • L’utilisation d’une méthode de hiérarchisation des risques chimiques permettant l’identification précise des dangers CMR, catégorisés par type de danger (C, M, R), intensité du danger et voies préférentielles de pénétration dans l’organisme,
  • La réalisation de fiches d’information sur la toxicité de substances aux effets CMR (avérés ou suspectés) utilisées en milieu hospitalier. Attention ces fiches ont été réalisées en 2011

Un réseau collaboratif à l’origine d’actions concrètes de prévention des risques CMR dans les établissements impliqués

 

Le partage des expériences au sein de ce réseau a permis la mise en place ou le renforcement d’un certain nombre d’actions relatives aux risques CMR dans les établissements participants, dont certains exemples sont précisés ci-dessous :

  • Tests de substitution de CMR avérés ou suspectés : fixateurs sans formol, remplacement du toluène par du méthylcyclohexane, substitution du bromure d’éthidium (BET) par de l’iodure de Propidium,
  • Utilisation de matériels sécurisés (automates de biologie limitant la manipulation de colorants ou de réactifs) ou d’équipements de protection collective adaptés (sorbonnes de laboratoire, tables et cabines aspirantes en anatomo-pathologie vis-à-vis du formol),
  • Suivi métrologique individuel des agents hospitaliers potentiellement exposés aux CMR : prélèvements atmosphériques de formaldéhyde, toluène, analyses biologiques de toluène / arsenic urinaires,
  • Création et suivi des Fiches Individuelles d’Exposition aux substances CMR,
  • Evaluation des risques liés à la manipulation des agents cytostatiques dans les Pharmacies à Usage Intérieur (PUI) : évaluations qualitatives, prélèvements surfaciques de cytostatiques (5FU), recommandations de prévention,
  • Gestion des déchets CMR (contenants spécifiques, gélification des déchets, traçabilité des déchets chimiques),
  • Campagnes d’information sur le nouveau système d’étiquetage et ses conséquences sur le repérage des substances CMR.

 

Le Centre hospitalier universitaire de Grenoble Alpes (CHUGA) dans le cadre du réseau CHU a produit les supports qui suivent :

  • 1 prototype de logiciel informatique d’aide à l’évaluation des risques chimiques Base de données de plus de 2000 produits chimiques. Les travaux au cours d'ORSOSA 2 ont permis de développer le logiciel Chimirisk (voir plus haut)
  • Fiches pour des produits dangereux fréquemment utilisés en laboratoires de biologie : noms commerciaux, composition, étiquetage et réglementations applicables, voies d’absorption, effets potentiels sur la santé, précautions d’emploi adaptées en hôpital
  • 70 fiches de toxicité ATTENTION : « version de 2007, informations à vérifier en fonction des évolutions réglementaires / d’étiquetage » Consultez la nouvelle réglementation relative à la classification, l’étiquetage et l’emballage des produits chimiques CLP N° 1272/2008
  • 2 guides méthodologiques pratiques "Aide à la mise en place de la démarche d’évaluation des risques chimiques en établissements de santé : structures et personnes ressources, méthodologie, étapes de la démarche, actions de prévention"
  • 1 méthode d’évaluation semi-quantitative des risques chimiques adaptée aux particularités des hôpitaux
  • 2 modules de formation aux risques chimiques Ces modules présentent les aspects pratiques de la connaissance et de la maîtrise des risques chimiques, les effets potentiels sur la santé des produits chimiques, et les responsabilités des différents acteurs en établissement de santé.

Les risques chimiques et les objectifs de prévention CHU de Grenoble

 

Les risques chimiques professionnels constituent un enjeu important pour les établissements de santé en raison :

 

Objectifs de prévention

 

La gestion des risques chimiques nécessite de maîtriser les aspects suivants :

Quelques actions conduites au CHU de Grenoble sur les risques chimiques

  • de la nécessité d’une gestion pluridisciplinaire de ces risques : compétences scientifiques (chimie, toxicologie, surveillance des expositions), médicales (effets sur la santé, métabolisme des substances dans l’organisme) et techniques (règles de stockage des produits, incompatibilités, dangers d’incendie et d’explosion, systèmes d’aspiration des polluants),
  • de la diversité des secteurs concernés par cette catégorie de risques : laboratoires (solvants, colorants, réactifs), unités de soins (chimiothérapies, détergents désinfectants), blocs opératoires (gaz anesthésiques), pharmacie (chimiothérapies, solvants), unités techniques et médico-techniques (peintures, colles, poussières de bois, fibres),
  • de la toxicité importante de nombreuses substances couramment utilisées : anticancéreux, formaldéhyde,
  • du nombre élevé de substances stockées et manipulées, fréquemment de plusieurs centaines de produits différents,
  • des obligations réglementaires fortes relatives aux risques chimiques (évaluation quantitative des risques, traçabilité des expositions, substitution des substances les plus dangereuses).
  • Sécurisation des conditions de stockage des produits (respect des incompatibilités, conditions environnementales)
  • Formation des agents aux dangers des produits chimiques et aux moyens de s’en protéger
  • Informations des utilisateurs sur la toxicité des produits manipulés
  • Evaluation des risques dans les différentes circonstances d’utilisation des produits
  • Mise à disposition d’équipements de protection collective (systèmes d’extraction des gaz / poussières) et individuelle (gants, masques) adaptés
  • Surveillance régulière de l’exposition professionnelle (prélèvements atmosphériques individuels et analyses biologiques)
  • Adaptation du suivi médical des agents en fonction de l’intensité des risques
    • Formation annuelle de 50 techniciens de laboratoire aux risques chimiques depuis 2005
    • Mise en place d’un système de traçabilité et de sécurisation du tri et de l’enlèvement des déchets chimiques
    • Substitution totale du méthanol dans la composition des fixateurs cellulaires (cytologie)
    • Evaluation des risques chimiques dans une dizaine de laboratoires de biologie et dans le pôle de pharmacie
    • Contrôle périodique et mise aux normes des sorbonnes de laboratoire
    • Recensement des substances Cancérogènes / Mutagènes / Reprotoxiques (CMR) et réflexion sur les possibilités de substitution
    • Métrologies quantitatives ciblées (prélèvements et analyses atmosphériques et biologiques) à partir des résultats d’évaluation initiale des risques chimiques
    • Prise en compte des résultats qualitatifs d’évaluation des risques chimiques et des mesures métrologiques dans l’adaptation du suivi médical des agents hospitaliers exposés aux produits chimiques dangereux
    • Intégration de la sécurité chimique dans les critères d’achat de certains équipements biomédicaux.

Historique du Réseau inter-CHU 2005-2008

Comment aider les établissements de santé, valoriser les compétences, les ressources d’équipes déjà opérationnelles, rassembler les connaissances dans des domaines de santé au travail bien identifiés ?

 

C’est à partir de ces questions, et sur l’initiative de la médecine du travail en milieu hospitalier, que s’est constitué le réseau inter-CHU en 2005, soutenu par le Fonds national de prévention dans le cadre du programme d’actions 2004-2006.

Aboutissement de trois années de recherche, les résultats des travaux du réseau présentés à la fin de l’année 2007 au Conseil d’administration de la CNRACL, témoignent d’une grande richesse tant par les documents rassemblés et les outils créés, que l’ampleur des domaines abordés.

La mise en place d’un processus de communication par étapes s’est imposé, afin d’assurer à l’ensemble des livrables la meilleure diffusion possible, qui permette une exploitation et une appropriation par tous les établissements de santé.

 

Retour sur un projet aux objectifs ambitieux

 

Le Fonds national de préventiona apporté son soutien financier à la mise en œuvre d’un réseau de quatorze centres hospitaliers :

Angers - Bordeaux - Brest - Caen - Grenoble - Limoges - Lille - Lyon - Nancy - Nantes - Reims - Rouen - Toulouse - Strasbourg

  • six pilotes : Angers, Lille, Bordeaux, Rouen, Grenoble, Toulouse
  • trois animateurs : Bordeaux, Brest, Grenoble.

Objectif fixé : développer des outils d’évaluation et de prévention des risques professionnels et les mettre à disposition des établissements publics de santé, en travaillant sur sept thèmes :

  • Risque biologique (Pilote : CHU Rouen)
  • Veille documentaire (Pilote : CHU Rouen)
  • Troubles musculo-squelettiques et risques traumatiques (Pilote : CHU Angers)
  • Contraintes psychologiques et organisationnelles (Pilote : CHU Lille)
  • Risque chimique (Pilote : CHU Grenoble)
  • Aménagement de postes – prévention du handicap et de l’absentéisme (Pilote : CHU Toulouse)
  • Evaluation a priori des risques (Pilote : CHU Bordeaux)
Note globale : 0/5 (0 votes)