Aller au contenu principal
Me connecter
ACCUEIL CNRACL

Actif

Employeur

Retraité

Toute l'actualité Aide et contact Documents, Publications Documentation Juridique
A +
A -

Département du Finistère : où en est la démarche qualité de vie au travail ?

La collectivité a lancé fin 2010 une démarche participative et paritaire de prévention des risques psychosociaux. Fabienne André, ergonome, et Gislaine LOVATO, coache interne, livrent leur témoignage et apportent deux exemples de réalisation.  

 

Sur les problématiques liées à la prévention des risques psychosociaux (RPS) et à l’évolution des compétences, la Direction des Ressources Humaines du Conseil départemental du Finistère a mis en avant deux exemples :

1. lorsqu’un tout nouveau service peine à devenir opérationnel : l’apport des études ergonomiques de collectifs de travail,

2. quand le potentiel d’un manager se révèle dans sa capacité à se questionner : la réponse du coaching interne.

DEP 29 QVT.jpg

Le choix de rester impliqué malgré d’importants changements de contexte

Réorganisations et  contraintes budgétaires bousculent les repères de travail et appellent  de nouvelles pratiques.

C’est pourquoi, engagés dans la réussite de ces changements, nombre d’agents ont pris ou repris le chemin de la formation et les directions développent de nouvelles offres de services.

Le mot de Fabienne ANDRE, ergonome et responsable de l’unité hygiène et sécurité

Lorsqu’un tout nouveau service peine à devenir opérationnel : l’apport des études ergonomiques de collectifs de travail

 

Une évaluation psycho-sociale incluant une analyse de l’activité des agents affectés sur les postes nouvellement configurés, a semblé adapté à la situation.

Directeur et encadrement de proximité, professionnels de médecine préventive (Psychologue, médecin, ergonome) ont constitué une équipe projet visant à améliorer les conditions de travail dans ce nouveau service. 

 

Comment ça se passe ? Réunions, entretiens individuels, études de postes… l’étude ergonomique a concerné la configuration du service et a impliqué l’ensemble des agents.                  

 

Qu’apporte l’ergonome ? Il développe une méthodologie qui repose sur l’étude et la compréhension du travail réel (Approche multifactorielle : physique, cognitive, organisationnelle) ainsi que sur la co-construction des axes d’amélioration.

L’ergonome est également une personne ressource pour la mise en œuvre du plan d’actions. La mise en œuvre de celui-ci est en cours. 

Le mot de Gislaine LOVATO, coache interne

Quand le potentiel d’un manager se révèle dans sa capacité à se questionner : la réponse du coaching interne.

 

De nombreuses questions témoignent de l’engagement des cadres dans leurs fonctions. Ce sont aussi des leviers pour réussir les périodes de transformation.

 

« Je me demande comment mobiliser l’équipe vers plus d’efficacité (faire émerger un sentiment d’appartenance, identifier les atouts du collectif, optimiser les modes opératoires, s’accorder sur une posture commune dans la conduite de projet transversaux, etc...)» 

« Je me demande comment faire évoluer ma posture ou mes pratiques (prendre conscience de ce qui se joue dans les relations avec un collègue ou avec ma hiérarchie, explorer tous les possibles avant une prise de décision à fort enjeu, etc…)».

 

Comptant environ 250 managers, le Département du Finistère s’est doté d’un coach interne, en complément de deux cabinets  externes.

 

Il a d’abord été décidé d’en finir avec les étiquettes « fragiles » ou « en difficulté » apposées sur les cadres et les collectifs qui avaient à gérer des situations de travail compliquées. Décidé « d’épauler » au lieu de juger et d’isoler.

 

Ce qu’apporte le coach ? 

Un lieu et un temps pour prendre de la distance,  réfléchir à voix haute dans un cadre confidentiel, observer les interactions efficaces et celles qui sont inopérantes,  élargir son point de vue jusqu’à percevoir la réponse la plus adaptée.

Le coaching est une des ressources possibles pour passer d’une situation-problème à une situation-solution.  

Il est essentiel qu’un manager puisse  choisir lui-même la ressource adaptée à son besoin. Pour le coaching : à lui de choisir la personne en qui il a le plus confiance pour parler de son questionnement. D’où une offre diversifiée.

 

Les prérequis ?

Le volontariat bien sûr et un état d’esprit tourné vers l’efficacité collective ! 

Note globale : 4/5 (3 votes)