Aller au contenu principal
Me connecter
ACCUEIL CNRACL

Actif

Employeur

Retraité

Toute l'actualité Aide et contact Documents, Publications Documentation Juridique
A +
A -

Retour d'expérience : Grenoble 2011

Lancée en avril 2010 avec le soutien du Fonds national de prévention de la CNRACL, la démarche pour réduire le risque routier professionnel et améliorer la sécurité sur la route de ses agents s’inscrit dans le prolongement d’une politique de la ville en faveur des transports et de la mobilité urbaine.

 

La ville de Grenoble a réalisé son document unique ce qui lui a permis d’identifier le risque routier comme risque transversal à l’ensemble des services et comme troisième risque auquel les agents sont exposés. Avec les risques chimiques, de travaux en hauteur et l’accueil sécurité au poste de travail, il fait partie des risques pour lesquels la direction générale, avec l’aval du CHSCT, a décidé d’engager des actions depuis 2009.

 

Le projet à la mesure de l’engagement de la ville de Grenoble pour le développement durable, prend à son compte l’ensemble des recommandations issues des travaux du comité de pilotage national du risque routier professionnel. Les objectifs déclinés sur deux axes, risque mission et risque trajet , s’organisent autour des 4 volets management : organisation des déplacements, véhicules, compétences et communications mobiles.

Pôle Prévention des Risques Professionnels (PPRP)

 

Rattaché au Département des ressources humaines et relations sociales, le PPRP comprend 7 personnes qui assurent toutes les tâches découlant du pilotage, de la mise en œuvre et du suivi de la politique Santé, sécurité au travail, la formation/sensibilisation/information des différents acteurs.

 

Une politique orientée "développement durable"

La méthodologie de conduite de projet repose sur un comité de pilotage, un chef de projet animateur et coordonateur des groupes de travail thématiques qui seront constitués autour de plusieurs axes : risque routier, entretien des véhicules, sécurisation des déplacements, compétences…
Le chef de projet est recruté et exercera sa mission à temps plein.


La première phase du projet repose sur un temps de diagnostic approfondi : analyse des facteurs de risques et des données AT/MP, des représentations, des comportements modaux… Les résultats alimenteront la réflexion des groupes de travail pour la définition de préconisations d’actions.
7 référents sécurité routière seront désignés et formés. L’ensemble des préventeurs et relais prévention seront sensibilisés et formés, ainsi que les agents amenés à utiliser des véhicules de services (pratique du vélo de service, conduite en sécurité des engins de voirie, VUL, poids lourds) – 170 la première année.
 

La ville a fait le choix d’une politique orientée « développement durable ». Ce choix trouve sa traduction dans la politique en faveur des transports collectifs et de la mobilité urbaine.
Le projet a démarré en avril 2010. La phase de diagnostic s’achève. La remise des préconisations des groupes de travail est attendue pour le mois de juin. Le plan d’action doit être validé vers la fin 2011 et s’inscrit dans la durée.

Une large communication

Le 13 janvier 2011 dans le cadre du Forum des services de la Ville de Grenoble un stand risque routier professionnel a permis de communiquer sur le plan prévention de ce risque et sa démarche à la Ville de Grenoble. Le stand était composé de plusieurs ateliers :

  • atelier VUL animé par l’Ecole de Conduite Française (ECF) avait pour but de communiquer sur le guide d’utilisation des véhicule de service existant à la Ville et de proposer une animation sur les vérifications et l’installation au poste de conduite, le chargement et l’arrimage d’un VUL,
  • atelier « repassez votre code », proposé également par l’ECF était basé sur les nouvelles réglementations en vigueur 2010,
  • atelier « Vélos de service » animé par l’ADTC de Grenoble sur lequel il était notamment question de discuter du déplacement en cycle en milieu urbain, traiter des bonnes pratiques cyclistes, de l’utilisation des vélos de services,
  • atelier « simulateurs ». Un simulateur 2 roues avec IDSR pour conseiller orienter et répondre aux interrogations des agents. Un simulateur 4 roues avec le même fonctionnement. Un testochoc animé également par un IDSR pour traiter de l’utilité du port de la ceinture de sécurité.

 

Témoignage du responsable de la démarche : Les ateliers ont été très fréquentés par les agents qui ont pris au sérieux l’ensemble des animations. Ils nous ont fait part de l’importance pour eux d’une telle communication. Ces journées sont en effet l’occasion pour les agents de questionner les bons interlocuteurs sur leur pratique professionnelle et de les inviter à participer aux formations proposées.

 

Note globale : 1/5 (1 votes)