Aller au contenu principal
Me connecter
ACCUEIL CNRACL

Actif

Employeur

Retraité

Toute l'actualité Aide et contact Documents, Publications Documentation Juridique
A +
A -

Etude de mortalité des pompiers professionnels

Une analyse de la mortalité des sapeurs-pompiers professionnels en France a été conduite entre 2007 et 2011. Ce projet important lancé expérimentalement auprès de 10 SDIS a été déployé à tous les départements de France avec le concours de l'Ecole nationale supérieure des officiers de sapeurs pompiers (ENSOSP).

 

Il a permis de rassembler des institutionnels, des experts scientifiques (Université Bordeaux 2 Victor Segalen, Institut national de veille sanitaire) et des acteurs de terrain avec le soutien financier du Fonds national de prévention de la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales, sous l’autorité de la Direction générale de la sécurité civile et gestion de crise.

 

Téléchargez Etude mortalité des pompiers professionnels

 

Des origines multiples

 

Deux éléments principaux président au lancement de cette étude :

  • Infirmer ou confirmer l’hypothèse émise par des études internationales qui ont montré une sous-mortalité globale dans la population des sapeurs-pompiers et mettre en évidence une surmortalité pour certaines causes de décès.
  • Mutualiser les compétences et mettre en réseau les connaissances par une collaboration entre les équipes institutionnelles, scientifiques et opérationnelles.

Les principaux résultats

 

Des points clés peuvent être retenus :

  • Confirmation d’une sous-mortalité élevée dans les tranches d’âge les plus jeunes liée à une forte sélection des sapeurs pompiers à leur embauche
  • Mortalité comparable à celle de la population générale dans les âges élevés
  • Sous-mortalité constatée pour les pathologies de l’appareil circulatoire
  • Mortalité par cancer comparable à celle de la population générale avec des excès de cancer pour certaines localisations
  • Excès de mortalité concernant les chutes accidentelles
  • Sous-mortalité initiale, mais rattrapage des écarts à la population générale dans les classes d’âge les plus élevées.

Les limites de l’étude

  • Elle porte uniquement sur les SPP et permanents en activité au 1er janvier 1979
  • Elle s’attache à la mortalité seule et non aux risques ou à la morbidité
  • Elle mesure la mortalité par effet différé sans traçabilité des conditions des expositions (risques spécifiques aux métiers).

Ce projet a pu aboutir grâce aux efforts conjugués de tous les participants ainsi qu’à la bonne coordination entre les différentes structures. Il a permis de poser les bases d’un travail collaboratif qui doit être poursuivi pour nourrir la réflexion sur les perspectives, de manière à préciser les orientations futures d’une politique de prévention commune à l’ensemble de la profession.

 

Note globale : 0/5 (0 votes)