Aller au contenu principal
Me connecter
ACCUEIL CNRACL

Actif

Employeur

Retraité

Toute l'actualité Documentation Juridique Aide et contact Documents, Publications Événements
A +
A -

Automédication, attention…

L’automédication consiste à se soigner avec des médicaments accessibles en pharmacie, sans prescription médicale. Ainsi, près de 8 Français sur 10 ont recours à l'automédication lorsque les premiers symptômes mineurs comme le rhume, les maux de gorge et la toux apparaissent. Mais attention, la démarche n’est pas sans risque…

 

Une enquête révèle ainsi que sur 61 médicaments vendus sans ordonnance, 27 sont à bannir, 20 autres sont jugés d'une faible efficacité et seulement 16 d'entre eux produisent l'effet attendu. Les effets indésirables des 27 médicaments à proscrire pourraient exposer le malade à des accidents vasculaires cérébraux et à des accidents cardio-vasculaires et neurologiques. En effet, il est important de savoir que les médicaments vendus sans ordonnance peuvent être à l’origine d’effets indésirables et/ou d’interactions médicamenteuses. Ils peuvent être contre indiqués pour certaines personnes.

Avec un diabète par exemple, il convient d’éviter les médicaments accessibles sans prescription médicale qui peuvent perturber la glycémie. C’est le cas des sirops pour la toux contenant du sucre ou de l’alcool. D’autres vont au contraire faire baisser la glycémie (médicaments destinés à lutter contre la fièvre et la douleur, notamment l’aspirine à trop forte dose).

Si vous souffrez d’une hypertension artérielle ou d’une insuffisance cardiaque, il est préférable d’éviter les médicaments effervescents car ils contiennent beaucoup de sel et peuvent aggraver votre maladie. Une personne asthmatique évitera quant à elle l’aspirine et les anti-inflammatoires. N’hésitez pas à demander à l’avance à votre médecin les médicaments qui ne sont pas indiqués dans le cadre du traitement qu’il vous prescrit. Dans tous les cas, la première démarche obligatoire est de lire intégralement et attentivement la notice. C’est un document de référence qui précise pour quelle(s) maladie(s) ou symptômes le médicament est prévu. La notice explique également comment prendre le médicament, le dosage, les effets attendus et vous informe entre autres sur les éventuels effets indésirables et la manière de les gérer. Afin de ne pas la perdre et pour identifier complétement un médicament, ne jetez pas la boîte et conservez toujours la notice à l’intérieur de celle-ci.


À SAVOIR - Les renseignements, publicités, promotion de médicaments sont abondants dans les médias et particulièrement sur internet. Or, les renseignements qu’on peut trouver sur leur nature, leur composition, les effets attendus, ne sont pas toujours exhaustifs, fiables ou adaptés à votre état de santé. Assurez-vous que les informations que vous trouvez proviennent d’une source fiable et reconnue tel le Conseil de l’Ordre des Médecins ou des Pharmaciens, l’Agence Nationale de sécurité du Médicament et des produits de santé, la Haute Autorité de Santé ou encore le Ministère de la Santé. Enfin, il est recommandé de consulter votre médecin si aucune amélioration n’intervient après quelques jours, si vos symptômes s’aggravent ou s’ils se répètent régulièrement…

 

Note globale : 4/5 (5 votes)
Merci d'avoir noté l'article