Aller au contenu principal
Me connecter
ACCUEIL CNRACL

Actif

Employeur

Retraité

Toute l'actualité Documentation Juridique Aide et contact Documents, Publications
A +
A -

Cigarette classique versus cigarette électronique

vapoter776x441.jpgEntre 2011 et 2014, le marché de la cigarette électronique a explosé en Europe. Même s’il est encore trop tôt pour analyser ses effets sur la santé, une chose est sûre : quitte à fumer, autant que ce soit une cigarette électronique.

 

« La e-cigarette, on ne sait pas vraiment ce qu’il y a dedans alors autant fumer une vraie clope » annonce Stéphanie. Mais cette fumeuse se cache derrière son écran de fumée car il n’y a pas de secret dans la composition des liquides inhalés par les « vapoteurs ». Les recharges de cigarette électroniques sont constituées de liquides composés de propylène glycol ou de glycérol, de divers arômes et éventuellement de nicotine. Ici, contrairement aux cigarettes classiques : pas de goudrons aux substances cancérigènes, pas de produits de combustion, pas de monoxyde de carbone qui entraîne les maladies cardiovasculaires. Cependant, le HCSP (Haut Conseil de la Santé Publique) précise dans son avis de 2016, que le diacétyl, présent dans certains e-liquides, peut provoquer des dommages pour les poumons s’il est inhalé après avoir été chauffé. Toutefois, il est bon de préciser que cette substance est présente en bien plus grande quantité dans la cigarette classique !

 

Arrivée récemment sur le marché, il est encore trop tôt pour connaître les effets à long terme sur la santé de la consommation de cigarette électronique. Une récente étude effectuée par des chercheurs de l’université de médecine de New-York sur des souris et des cellules humaines annonce que la vapeur de nicotine inhalée par les « vapoteurs » ne serait pas si inoffensive. Elle pourrait présenter un risque accru de contracter une maladie du cœur, un cancer pulmonaire ou de la vessie. Vapoter ne serait donc pas anodin. Cependant, on peut affirmer sans détour que cela reste moins dangereux que de fumer du tabac blond ou brun. Le HCSP a réévalué en 2016 le statut de celle qu’on appelle aussi « la vaporette ». Elle est désormais considérée comme un véritable outil d’aide au sevrage tabagique. « Depuis plus de 20 ans, je fumais un paquet par jour, raconte Alain, 50 ans. Depuis que je suis passé à la cigarette électronique, j’ai retrouvé mon souffle ». Alors même si l’e-cigarette emporte le match contre la cigarette classique, l’idéal reste tout de même de ne pas fumer du tout !

Note globale : 4/5 (63 votes)