Aller au contenu principal
Me connecter
ACCUEIL CNRACL

Actif

Employeur

Retraité

Toute l'actualité Documentation Juridique Aide et contact Documents, Publications Événements
A +
A -

Retours d'expérience Covid-19

Témoignages sur des actions menées par des employeurs de la CNRACL dans le cadre de démarches de prévention des risques liés à la crise sanitaire.

Confrontés à une situation exceptionnelle, les collectifs de travail ont été interrogés, se sont emparés de nouvelles problématiques et ont révisé leurs modes de fonctionnement

Pour faire face à cette situation particulière, source de risques d’épuisement professionnel et d’accroissement des facteurs de risques psychosociaux, le FNP a proposé aux employeurs dès juillet 2020 un dispositif spécifique d’accompagnement comportant deux volets :

  • Soutien psychologique : vise à permettre une prise en charge pour réamorcer le collectif de travail et réintégrer plus sereinement l’activité : il répond à une forme d’urgence ;
  • Démarche de prévention autour de thématiques revisitées ou mises en lumière durant la crise (prévention des risques induits par le travail à distance, la révision des pratiques de prévention du risque bactériologique et viral, réflexions permettant de maintenir le collectif de travail…) : s’inscrivant dans une perspective de plus long terme, ce volet fait écho à la mission première du FNP : ancrer et développer la prévention des risques professionnels en appuyant les employeurs et collectifs de travail au vu de leurs besoins et de leurs ressources.

Ce dispositif exceptionnel est ouvert jusqu’au 31 décembre 2021.

Retrouvez toutes les informations relatives au dispositif dans la rubrique dédiée.

Une question, sollicitez-nous à : démarche-prevention@caissedesdepots.fr

Quelques exemples d'actions engagées

Depuis le déploiement de ce dispositif, plusieurs employeurs ont été ou sont accompagnés.

Parmi eux, des EHPAD , un CCAS et un établissement médico-social qui ont choisi de bénéficier du dispositif d’accompagnement psychologique.

 

A titre d’exemple, la démarche de l’EHPAD des Ardillers porte sur la mise en place de groupes de parole avec deux phases d’interventions :

  • la première pour mesurer et prévenir l’apparition de troubles psychosociaux, détecter les agents nécessitant des mesures particulières de soutien, faciliter une relation de confiance entre agents et avec la hiérarchie et donner la possibilité à chacun d’exprimer ses problèmes et ses inquiétudes ;
  • la seconde s’inscrit dans une logique de pérennisation et permettra notamment de prendre du recul et mieux analyser la période de COVID-19, de maintenir une relation riche et humaine ou de valoriser la valeur professionnelle.

« La démarche nous a permis de recruter une formatrice qualité de vie au travail ( QVT ) à raison de 2 jours par mois, et de mettre en place des ateliers QVT, individuels et collectifs, pour tout le personnel », témoigne M. Potereau, directeur de l’Ehpad.

D’autres employeurs sont également accompagnés dans leurs démarches de prévention du risque bactériologique et viral, ce qui leur permettra d’une part de se doter d’outils pour mieux gérer des situations de crise sanitaire et d’autre part d’assurer la protection des agents et du public accueilli.

Le Centre de gestion du Gard en particulier a, par exemple, inscrit cette démarche dans un cadre plus global de réaménagement des locaux de son pôle santé et de l’amélioration des conditions de travail des agents.

Selon la cheffe de projet, Madame Cointin, «la démarche nous a permis d’avoir une réflexion plus poussée sur la réorganisation de nos services, pas seulement spatiale et matériel mais aussi sur l’organisation du travail (roulement télétravail et présentiel), la circulation des informations… En plus d’apporter une aide financière, cette démarche nous a donc permis d’établir une analyse plus fine des situations de travail et par conséquent de mettre en œuvre une démarche de prévention globale (risques physiques et psychiques en intégrant des notions de qualité de vie au travail). »

De son côté, l’Ehpad Résidence Papillon d’Or oriente son action sur la révision des pratiques et organisations.

La directrice, Armelle Debroise, indique que « la crise sanitaire, qui a touché des établissements médico-sociaux très inscrits dans des pratiques d’accompagnement non médical, nous a obligé à changer de paradigme et à nous médicaliser en urgence. L’accompagnement apporté par le FNP a permis une montée en compétence rapide et une réassurance de l’ensemble du personnel grâce à une démarche de prévention. »

Un autre employeur a choisi de se saisir de l’opportunité du télétravail déployé durant le confinement pour engager une démarche de prévention visant à pérenniser les bonnes pratiques issues de la crise en termes de prévention des risques professionnels et du maintien du collectif de travail (bonnes pratiques ergonomiques, organisation du travail à distance et révision des pratiques managériales).

Retour sur la démarche du Centre de gestion du Morbihan

Contexte

Face à la crise, en raison du 1er confinement et de la nécessité pour les collectivités de devoir assurer le service aux populations (services techniques tels que gestion des déchets, police municipale, personnel pour garder les enfants des personnels travaillants, ou encore aides à domicile…), l’ensemble des équipes du CDG du Morbihan ( 56), s’est mobilisé pour apporter rapidement un soutien efficace aux collectivités territoriales du département.

En matière de prévention, l’enjeu était double : répondre aux besoins de prévention du risque infectieux (organisation des activités, mise en œuvre des moyens de protection ad hoc, communication, accès aux masques, gel hydroalcoolique …) et appréhender  les éventuelles conséquences psychologiques de la crise sanitaire (crainte du risque infectieux, isolement, télétravail obligatoire, distanciation sociale, fragmentation des équipes, fragilisation de la frontière vie privée- vie professionnelle...).

Les actions menées

Dès l’annonce du 1er confinement, les équipes du CDG ont :

  • Établi et diffusé des fiches de recommandations pour les métiers les plus exposés,
  • Diffusé quotidiennement l’actualité juridique, particulièrement dense et fluctuante en cette période,
  • Mis en place un télé conseil médical pour les agents territoriaux afin qu’ils puissent interroger les médecins de prévention sur la compatibilité de leur état de santé avec la poursuite de leur activité,
  • Ouvert une cellule d’écoute pluridisciplinaire (psychologues du travail, assistantes sociales, médecins de prévention, infirmier en santé au travail) afin d’apporter un soutien aux agents des collectivités.

Durant la période intermédiaire, du 10 mai à fin octobre, les accompagnements ont été poursuivis et adaptés en fonction de l’évolution du contexte sanitaire :

  • Poursuite de la diffusion d’informations juridiques,
  • Communication d’un guide d’aide à l’élaboration du plan de reprise d’activité,
  • Elaboration et diffusion de recommandations relatives à la reprise d’activité par métier, dans le cadre d’une collaboration avec l’ensemble des CDG bretons,
  • Diffusion des conduites à tenir face aux suspicions et cas COVID.

Afin d’épauler le secteur sanitaire et social, fortement impacté par les conséquences de la crise, des groupes de parole « Covid » ont été proposés.

Ces espaces d’échanges collectifs sur le quotidien de travail et la façon dont il est ressenti, sont un moyen de faire émerger les difficultés rencontrées, de les partager et de mutualiser les expériences individuelles pour y faire face collectivement.

 

Au deuxième confinement, une collaboration a été engagée avec l’ ARS du Morbihan et a permis d’enrichir l’offre de service à destination des structures sanitaires et sociales :

  • Animation de groupes d’échanges sur les pratiques mises en œuvre durant la crise sanitaire, à destination des directions des établissements médico-sociaux
  • Déploiement de renfort RH (moyens humains notamment avec l’appui du service mission temporaire).

Les enseignements et leviers de réussite 

  • Un travail collectif, pro-actif et complémentaire des équipes,
  • Une information régulière des partenaires sociaux pour une parfaite connaissance des travaux engagés,
  • Des plans d’actions coconstruits et régulièrement adaptés avec l’appui de l’encadrement et des élus,
  • Une approche pluridisciplinaire « au plus près du terrain »,
  • La nécessité de s’appuyer sur la psychologie du travail, non pas seulement en ce qu’elle accompagne des situations individuelles, mais également dans sa capacité à agir sur le collectif et l’organisation du travail

La crise sanitaire étant toujours présente, les actions se poursuivent encore aujourd’hui.

Note globale : 0/5 (0 votes)