Aller au contenu principal
Me connecter
ACCUEIL CNRACL

Actif

Employeur

Retraité

Toute l'actualité Aide et contact Documents, Publications Documentation Juridique
A +
A -

Retour d'expérience Clermont Ferrand

La Ville de Clermont-Ferrand dans le cadre d’une démarche globale de prévention des risques liés au travail, a lancé en février 2010 un projet avec le soutien du Fonds national de prévention de la CNRACL. Objectif : Repérer les situations de pénibilité pour aboutir à des propositions constructives d’amélioration et de diminution de ces situations.

Nicole_Lottier_copie_2_0.jpg

Nicole LOTTIER Chargée de mission en ressources humaines, Référent handicap répond à nos questions.

 

"La Ville de Clermont-Ferrand souhaite se montrer exemplaire dans la préservation de la santé des agents.

 

Nous avons tous à gagner dans cette entreprise : les agents et la collectivité. N’oublions pas que le maintien des agents en bonne santé est un enjeu important."

FNP CNRACL - Quand avez-vous pris la décision de lancer cette démarche ?

N. Lottier - La Ville de Clermont-Ferrand s’est engagée depuis une dizaine d’années, dans une démarche de prévention des risques liés au travail. Plusieurs chantiers ont ainsi été lancés, de l’élaboration du document unique, au développement des formations liées à la sécurité dans le travail, ainsi que la mise en place d’une démarche de gestion des agents en restrictions médicales en passant par l’étude sur la gestion des risques psychosociaux et, récemment, l’étude sur la problématique de la pénibilité au travail.

A travers la réalisation de ces études, notamment les Risques psychosociaux et la Pénibilité, la Ville de Clermont-Ferrand souhaite préserver le capital santé de ses agents et leur permettre de venir travailler dans les meilleures dispositions physiques et mentales.

 

FNP CNRACL - Pouvez vous nous parlez du chemin parcouru jusqu’au lancement du projet ?

N. Lottier - Concernant plus particulièrement l’étude sur la pénibilité, le principe du projet a été examiné et validé, une première fois, en CTP le 24/06/2008 et en CHS le 02/07/2008.

Plus récemment, le dossier a fait l’objet d’un nouvel examen au CHS et CTP, fin 2009, afin de rendre compte de l’avancement de l’étude à l’issue des réunions du comité de pilotage réunissant des membres du CHS et du CTP ainsi que des experts de la DRH. Le but était de faire valider aux instances paritaires le cadrage méthodologique du projet et la proposition d’accompagnement par un consultant chargé de conduire une formation/action s’adressant aux membres du groupe de travail et à des ACMOS issus de différents services de la Ville. L’étude pénibilité est la continuité de la politique active, menée par la municipalité, en faveur de la prévention des risques professionnels

  • En 2008, le grand prix du management dans la catégorie « Recrutement/mobilité/reclassement », sur la problématique de la gestion des agents en restriction médicales lui a été décerné.
  • En 2010, un nouveau grand prix du management dans la catégorie « développement des compétences » récompense la Ville pour son action entreprise sur la problématique des risques psychosociaux.

Si le travail effectué sur les restrictions médicales a permis de créer une dynamique dans la volonté de mieux préserver la santé des agents et a conduit, naturellement, à étudier les risques psychosociaux et la pénibilité au travail, le contexte économique a aussi participé à la réflexion sur l’amélioration des conditions de travail. En effet, la date des départs en retraite recule et oblige le personnel à travailler plus longtemps. Il faut pouvoir amener le maximum d’agents en bonne santé et motivés jusqu’à l’âge de la retraite. Par ailleurs, les charges de travail augmentent, se diversifient, se complexifient. Les organisations évoluent contraignant les agents à s’adapter.

 

FNP CNRACL – Pénibilité au travail, le terme recoupe des problématiques d’actualité, mais peu de collectivités s’y attaquent. Pourquoi la ville de Clermont se lance-t-elle dans un tel projet ?

N. Lottier - Quand « on met le doigt dans l’engrenage » il est difficile de faire marche arrière. Le cercle vertueux de l’amélioration des conditions de travail est enclenché. Aujourd’hui, la lutte contre les pénibilités est donc devenue une priorité municipale. Une problématique en amène une autre : les restrictions médicales, la reconversion professionnelle, la souffrance et la pénibilité au travail, tous ces dossiers sont étroitement liés les uns aux autres.

Pour préserver la santé des agents, il faut anticiper les problèmes : améliorer les conditions de travail, agir sur l’organisation, créer les conditions du bien être au travail en évitant l’usure professionnelle. Il est nécessaire de privilégier l’action sur le long terme en inscrivant la correction des pénibilités dans la mise en place d’une politique globale de gestion des ressources humaines.

Au départ, c’est l’augmentation rapide des restrictions médicales qui a poussé la municipalité clermontoise à mettre en place une méthode de gestion pour ces agents. Par ailleurs, le personnel de la Ville est vieillissant et l’âge de la retraite recule. Enfin l’actualité et la demande des partenaires sociaux a permis de poursuivre le processus.

Une première étude sur les risques psychosociaux, entamée en 2007, s’est traduite par la mise en place de procédures destinées à venir en aide aux agents en souffrance.

La ville entend, maintenant, développer cette première étape par une réflexion plus globale destinée à remédier aux facteurs de pénibilité du travail. Le repérage et la correction des pénibilités doivent devenir permanents au sein de la collectivité. Nous avons tous à gagner dans cette entreprise : les agents et la collectivité. N’oublions pas que le maintien des agents en bonne santé est un enjeu important.

Note globale : 0/5 (0 votes)