Aller au contenu principal
Me connecter
ACCUEIL CNRACL

Actif

Employeur

Retraité

Toute l'actualité Aide et contact Documents, Publications Documentation Juridique
A +
A -

Retour d'expérience Saint Etienne Agent d'entretien 2015

La démarche de prévention de la pénibilité au travail mise en œuvre en 2013, porte en priorité sur quatre métiers. Une première évaluation vient d’être réalisée pour les agents d’entretien.

 

Dans le contexte réglementaire récent sur la pénibilité, la ville de Saint-Etienne a souhaité prendre en compte cette question afin de répondre aux enjeux du vieillissement de la population active et de la problématique du maintien dans l’emploi pour certains métiers particulièrement exposés.

 

Premier métier ciblé : agent d’entretien

 

Le métier d’agent d’entretien concerne plusieurs secteurs d’activité de la collectivité  : Service Hygiène Propreté des locaux (entretien des bâtiments à caractère administratif), résidences de personnes âgées, crèches, écoles, piscines et patinoire.

Les observations des situations de travail montrent que les facteurs de pénibilité prédominants sont d’abord physiques, notamment au travers des manutentions manuelles et des contraintes posturales.

 

Les agents d’entretien sont aussi exposés à des agents chimiques dangereux (produits de nettoyage et d’entretien) et au bruit dans certains secteurs (piscines, crèches, écoles).

 

La charge mentale peut être importante notamment par rapport à des problématiques de reconnaissance du travail, de partage des tâches (par exemples : entre l’agent d’entretien et l’auxiliaire de puériculture en crèche, entre l’agent d’entretien et l’aide-soignant dans les résidences).

Evaluation approfondie de la pénibilité pour 4 métiers

La démarche s’est donnée pour objectif la préservation de la santé physique et mentale, l’amélioration des conditions de travail, la prévention des troubles musculo-squelettiques et l’anticipation de la reconversion professionnelle en favorisant la requalification. Elle se déploie selon deux axes.

  • Le premier axe prévoit une évaluation approfondie de la pénibilité pour quatre métiers qui ont été déterminés à partir d’indicateurs sécurité-santé au travail et issus du bilan social : agent d’entretien, aide-soignant, cantonnier et agent de surveillance de stationnement. Ce choix a été validé en comité de pilotage et en CHSCT. L’évaluation s’appuie sur l’observation des situations de travail (de type étude de poste ou étude ergonomique).
  • Le deuxième axe consiste à traiter des facteurs de pénibilité également pour les autres métiers de la collectivité dans le cadre de l’élaboration du document unique d’évaluation des risques professionnels ou lors de son actualisation. En effet, les facteurs de risque au titre de la pénibilité sont aussi des facteurs étudiés dans le cadre du document unique.

L’année 2013 a vu la mise en place de la démarche en mode projet qui a débuté par l’étude des situations de travail des agents d’entretien et la consolidation des outils d’évaluation testés les années précédentes. Elle s’est achevée en 2014.

 

« Nous nous aidons à établir la fiche de diagnostic qui est complétée par la fiche individuelle permettant de tracer, pour chaque agent, l’exposition aux différents facteurs de pénibilité. Nous sommes prudents sur le sujet de la traçabilité compte tenu de l’évolution fréquente de la réglementation qui concerne essentiellement le secteur privé » explique Catherine Chaffardon de l’Unité Prévention, Sécurité, Ergonomie - Direction des Ressources Humaines.

Une vraie dynamique autour du travail

Sur la base du diagnostic réalisé pour chacun des secteurs, il a été mis en place des plans d’action qui regroupent des préconisations techniques, organisationnelles et en termes de formation. Ces plans d’action sont suivis par les conseillers et les assistants santé et sécurité au travail au plus près du terrain.

 

Au sein du service Hygiène Propreté des locaux, la démarche a permis d’engager une vraie dynamique autour du travail et de mettre en place des mesures de prévention innovantes. De même, un référentiel qualité, indiquant ce que l’on attend du travail de l’agent dans tel ou tel contexte : le mercredi dans une école, en période de vidange dans une piscine, etc. a été élaboré. Dans les résidences de personnes âgées, avec l’aide de la conseillère Santé Sécurité au Travail, l’encadrement a validé la mise en œuvre de mesures techniques et d’actions relatives à l’organisation du travail.

 

Equipement des agents d’entretien de balais avec réservoir sac à dos.

Les actions portent sur le nettoyage des sols (application de la méthode dite de pré-imprégnation qui réduit notamment le port de charge suivie d’une action de formation des agents), le transport des containers « poubelles » (acquisition d’un tracteur pousseur), la modification des pratiques en cuisine et en plonge.

« Pour le métier d’agent d’entretien, le renforcement de la mécanisation, une meilleure répartition des points d’eau et des changements en matière des techniques de travail, permettent d’améliorer les situations. Nous avons rencontré des agents, qui pour la grande majorité, aiment leur métier, qui sont épanouis dans ce qu’ils font et qui ont très envie de pouvoir exercer ce métier jusqu’à la retraite. Donc, en étant innovants, rigoureux et vigilants parce que cela demande tout de même de changer des habitudes de travail, nous avons quelques marges de manœuvre permettant de faire en sorte d’avoir peut-être moins de situation nécessitant d’aménager les postes » conclut Catherine Chaffardon.

La démarche permet de parler du travail, ce qui aujourd’hui est peu fréquent dans les organisations. Le point de vue des agents est retracé par des comptes rendus permettant à la ligne hiérarchique de disposer d’éléments pour agir tant sur les techniques de travail que sur l’organisation. Elle suscite des attentes et la restitution aux agents, même si elle est parfois difficile à mettre en œuvre du fait des sites éclatés, du manque de disponibilité lié aux plannings, des horaires décalés...., est une étape importante de la démarche.

Fort de cette première expérience et des conclusions qui en ressortent, le groupe projet va poursuivre la mise en œuvre de la démarche en évaluant, étape après étape, ses impacts sur les conditions de travail des agents.

Note globale : 0/5 (0 votes)