Aller au contenu principal
Me connecter
ACCUEIL CNRACL

Actif

Employeur

Retraité

Toute l'actualité Documentation Juridique Aide et contact Documents, Publications Événements
A +
A -

Les "Ateliers du bien vieillir" mis en lumière par la responsable de l'ASEPT Gironde

Un parcours de prévention agile et pragmatique est mis en place dans les territoires. Retrouvez l’exemple de l’ASEPT Gironde avec une interview, dans son intégralité, de sa responsable : Mme Adeline Thorel.

Adeline Thorel

 

Mme Thorel, présentez à nos lecteurs votre association et vos actions en faveur des seniors.
 L’ASEPT est l’Association Santé, Education et Prévention sur les Territoires qui déploie des ateliers sur les départements 33, 40 et 64, 24 et 47. Notre mission fondatrice est le développement de la prévention santé des retraités de +55 ans. Nous organisons différents ateliers avec des thématiques que vos lecteurs doivent connaitre ; bienvenue à la retraite pour déconstruire l’image du vieillissement parfois mise à mal dans une société de jeunisme, mais aussi des ateliers nutrition, mémoire, équilibre… Tous sont encadrés par des professionnels, avec une volonté d’information pratique, ludique et conviviale.

 

Comment vos ateliers se sont-ils adaptés au confinement ?
Avec pragmatisme. Ancrés dans les territoires, nous avons contacté des personnes qui nous suivaient déjà en présentiel. Nous avons adapté les contenus pour réduire la durée de l’atelier. Par exemple, l’atelier mémoire passe de 10 séances en présentiel à 3 en distanciel. Le principal étant de donner envie en allant à l’essentiel.

 

Tous les ateliers ont-ils pu donner lieu à des animations à distance ? 
Non, l’adaptation est trop gourmande. Nous privilégions la pédagogie, le lien et les échanges entre l’animateur et les participants. Une conférence en ligne n’est pas un cours magistral, c’est très vivant.  Pour les ateliers, nous nous sommes concentrés sur les valeurs sûres ; mémoire, nutrition, équilibre qui intéressent particulièrement notre public. Les sujets eux-mêmes évoluent. En réaction aux gardes plus marquées pendant les vacances scolaires, nous travaillons sur une conférence sur la « grand-parentalité ».

 

C’est donc un nouveau public que vous avez touché ? 
Oui, une aide à la connexion est proposée pour suivre facilement les conférences ou les ateliers. Pour lutter contre l’illectronisme, nous développons un atelier numérique de niveau 2 après avoir mis en place un atelier débutant. Nous souhaitons également expérimenter un accompagnement individuel, à domicile, pour lever les freins à l’utilisation du numérique. 

 

Comment jugez-vous le niveau d’assistance ou de formation nécessaire ?
Nous sommes attentifs aux besoins des seniors. Pour les actions en ligne, l’animateur contacte téléphoniquement les inscrits, un à un, pour mesurer leurs niveaux et leurs besoins, pour leur expliquer la suite. La connexion ½ h en avance est proposée pour régler les problèmes éventuels, vérifier l’installation de Skype … L’équipe ASEPT reste en soutien « hotline » pour gérer en direct les irritants possibles (réseau, fausse manipulation…). Pour les ateliers d’initiation au numérique en présentiel, nous ne travaillons pas seuls : en plus de développer les compétences des participants, notre objectif est de présenter les relais locaux qui peuvent les aider au quotidien : les structures France Services, les médiathèques, les centres sociaux, les mairies. En Gironde, nous utilisons une cartographie numérique réalisée par le département qui permet de repérer tous les relais locaux, un guide très utile à notre action sur les territoires.

 

Comment avez-vous communiqué pendant la crise ?
Avec tous les canaux de communication possibles : radio, presse régionale, téléphone, des invitations mails, des SMS mais aussi les parutions de nos partenaires, comme vous la CNRACL, mais aussi l’ Ircantec , la Carsat Aquitaine, les MSA Aquitaine ... Nous avons d’ailleurs enregistré une hausse de réservation grâce à votre article dans une newsletter de mars 2021 adressée aux retraités des collectivités locales et de la fonction publique hospitalière... 
Nous sommes également présents sur les réseaux sociaux utilisés par notre public ; Facebook (et oui -sourire) et Twitter. En matière de communication, on mutualise les moyens des 3 ASEPT d’Aquitaine pour faire connaitre nos actions et les ouvrir à un maximum de personnes.

 

Comment vous organisez-vous avec les partenaires du parcours de prévention ?  
Nos 200 animateurs régionaux sont salariés de structures locales (associations sportives, centre social, services à domicile,..). L’animateur ASEPT est un acteur clé : Il connait son public, promeut les actions de proximité et participe au maintien du lien social. C’est un professionnel de l’animation qui est recruté par la structure locale et dont la candidature est évaluée par un double jury ; un jury ASEPT et un jury inter-régimes. Une fois recruté, il est formé à l’animation de l’atelier par l’ASEPT. Après sa formation, nous l’accompagnons sur le terrain et répondons à ses interrogations. 

 

Qui définit la pertinence d’un atelier ? 
La demande d’un atelier peut avoir plusieurs origines : un partenaire, un groupe de seniors, un animateur…Le plus souvent, il émane d’une collectivité. Grâce à notre outil de pilotage, nous sommes capables de repérer si des seniors sont intéressés par le sujet proposé. Pour qu’un atelier soit viable, notre jauge est de 8-15 participants. Nous définissons ensuite le calendrier avec l’animateur . Une fois les dates connues, la commune, l’animateur,  l’ASEPT mais aussi les clubs seniors, la presse et les commerces locaux vont communiquer pour améliorer la visibilité de l’action et nous aider à trouver les participants.

 

Un exemple concret de mise en place d’un atelier ?  
Bien sûr, prenons le thème mémoire qui est le plus demandé et qui représente, à lui seul, plus de 200 ateliers par an en Aquitaine. Toutes les personnes intéressées ont un entretien préalable d’une vingtaine de minutes avec un professionnel de santé. En effet l’atelier est une action de prévention qui s’adresse aux personnes sans troubles cognitifs. Il faut alors s’assurer de  l’homogénéité du groupe pour le bon déroulé de l’animation par l’animateur. Cet entretien est également utile pour rediriger éventuellement la personne si l’atelier mémoire n’est plus la meilleure réponse (si elle a déjà des troubles mnésiques avérés). Une fois le groupe constitué, c’est à l’animateur que revient le soin de faire vivre l’atelier avec ses participants. 

 

Aujourd’hui, diriez-vous qu’il existe une opposition entre les formats d’atelier présentiel et distanciel ?
Non, ils sont complémentaires. Les conférences en distanciel sur les bienfaits du rire sur la santé et de la gestion du stress ont connu un succès qui va entraîner la mise en place d’ateliers « yoga du rire » en présentiel. Depuis janvier 2021, 210 ateliers digitaux ont vu le jour en Aquitaine, leur nombre diminuera avec le retour du présentiel. Nous nous adaptons en permanence aux besoins des seniors.

 

Le mot de la fin ?
C’est une belle réussite puisque pour les 4 premiers mois de l’année ont réuni 1564 aquitains, dont la moitié en Gironde. 102 actions sont encore planifiées. Rejoignez nos ateliers : votre santé vaut bien de passer un moment convivial, pragmatique avec des professionnels à votre écoute ! 
 

Liens utiles 

- Pour trouver un atelier en France :

https://www.pourbienvieillir.fr/trouver-un-atelier
- Pour accéder aux sites de l 'Asept Aquitaine : 
https://www.asept-gironde.fr/  tél 05-57-99-79-39
https://www.asept-perigord-agenais.fr/ 05 53 02 68 76
https://www.asept-sudaquitaine.fr/ 05 58 06 55 98
 

Note globale : 4/5 (32 votes)