Aller au contenu principal
Me connecter
ACCUEIL CNRACL

Actif

Employeur

Retraité

Toute l'actualité Aide et contact Documents, Publications Documentation Juridique
A +
A -

Questions au Président

 

domeizel_2.png

Monsieur Domeizel, vous êtes président du Conseil d’administration de la CNRACL depuis 1990, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis ancien sénateur des Alpes de Haute-Provence (de 1998 à 2014), ancien maire de Volx (de 1971 à 2005) et ancien conseiller régional de la région PACA (de 1982 à 1988). Je suis également vice-président du GIP Union retraite depuis 2016 après en avoir été président de 2007 à 2010.

En dehors de mon parcours politique je suis un instituteur à la retraite…un professeur des écoles comme on dit aujourd’hui !

 

Quelles ont été et quelles sont vos motivations à présider cette instance ?

Tout d’abord parce que je suis un ardent défenseur de notre système de retraite par répartition qui porte des valeurs de solidarité. D’ailleurs en tant que sénateur j’ai eu a déposé des rapports concernant les questions de retraites, relatives au financement des régimes d'assurance vieillesse des fonctions publiques hospitalière et territoriale.

 

Par ailleurs, j’ai toujours été engagé auprès des affiliés du régime. Auprès des retraités, à travers le Fonds d’action sociale (créée en 1978) qui permet aux plus démunis d’accéder à un certains nombres d’aides et services ; auprès des actifs du régime à travers le Fonds national de prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles qui permet de mettre en place en partenariat avec  les employeurs une politique des risques professionnels.

 

Toutes ces raisons m’ont poussé à présider cette belle instance qui met en relation les affiliés du régime : actifs, retraités et employeurs.

 

Comment imaginez-vous la CNRACL de demain ?

Avec plus de 3,3 millions de ressortissants, employeurs, actifs  et retraités, de la fonction publique territoriale et hospitalière, la CNRACL est, et doit rester, un acteur majeur dans la sphère sociale auprès de tous les autres régimes.

 

Son devenir est donc de conserver une position centrale tout en avançant avec les autres caisses de retraite. C’est déjà le cas à travers les grands projets portés par le Groupement union retraite dont j’assure la vice-présidence et qui coordonne l’action des 35 régimes de retraite obligatoires. Projets qui visent à simplifier les relations des affiliés et des employeurs avec les systèmes de retraites.

 

Autre enjeu fort pour les années à venir c’est la capacité pour la CNRACL à s’adapter à une population vieillissante du fait de l’allongement de l’espérance de vie. C’est encore dans un cadre inter-régime  qu’elle devra faire évoluer sa politique d’action sociale pour mieux répondre aux besoins de nos retraités et anticiper les conséquences du vieillissement.  A ce titre, depuis 2011, des actions de prévention sont menées en partenariat avec la CNAV(1) et depuis juin 2016 la CNRACL a formalisé un partenariat avec 3 autres régimes : CNAV, MSA et RSI(1). Avec la loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement, qui inscrit l’action sociale dans les missions des caisses de retraite, les pouvoirs publics encouragent au développement d’une offre commune inter-régime. C’est dans ce cadre qu’une convention entre les caisses de retraite (CNRACL, CNAV, MSA et RSI(1)) et l’Etat va prochainement être signé qui veillera à l’équité de traitement des retraités, quel que soit leur régime d’affiliation, dans les limites de leur politique d’intervention.

 

(1) CNAV Caisse nationale d'assurance vieillesse, MSA Mutualité sociale agricole, RSI Régime social des indépendants