Aller au contenu principal
Me connecter
ACCUEIL CNRACL

Actif

Employeur

Retraité

Toute l'actualité Documentation Juridique Aide et contact Documents, Publications Événements
A +
A -

Tous hypocondriaques ?

Malades imaginaires. C’est ainsi que l’on qualifie parfois les hypocondriaques, à savoir des personnes atteintes d’un trouble anxieux qui vivent dans un état d’inquiétude permanente à propos de leur santé, convaincus qu’ils sont atteints de maux plus ou moins graves. Mais qu’est-ce que l’hypocondrie ? À partir de quel moment peut-on se considérer comme hypocondriaque ? Qu’est-ce que cela implique et comment gérer cette pathologie ?

 

Explications
L’hypocondrie sert toujours de masque à un mal-être. L’individu ne simule pas, il souffre vraiment, et son trouble, au niveau psychologique, est réel. Poussé par l’anxiété, il multiplie les visites médicales et les demandes d’examens qui ne parviennent pas à le rassurer. L’hypocondrie peut se déclarer à la suite d'un choc psychologique, témoigner d'une vocation médicale contrariée ou encore faire suite au développement d'une hypocondrie dans l’entourage. Tout un chacun peut d’ailleurs, à certains moments de sa vie, avoir des accès d’hypocondrie (perte d’un proche, maladie avérée…). Les personnes qui souffrent d’accès d’hypocondrie ponctuels, sont rassurées par la visite chez le médecin alors que l’authentique hypocondriaque ne l’est jamais, et il finit toujours par reprendre sa quête désespérée d’un diagnostic terrible.


Traitement
Le traitement et la prise en charge de l'hypocondrie sont compliqués. Globalement, toute approche qui vise à réduire l’anxiété provoquée par l'hypocondrie peut atténuer les ressentis des sensations physiques et éventuellement limiter le besoin de consulter. Il existe également différentes techniques comme la sophrologie qui combine des exercices qui travaillent à la fois sur la respiration, la décontraction musculaire et l’imagerie mentale (ou visualisation). L’hypnose peut également être une solution d’apaisement permettant d’apprendre à gérer son stress, ses émotions, ainsi qu'à limiter et contrôler ses pensées négatives.


Comprendre et vivre avec
Au quotidien, pour les proches, toute la difficulté consiste à accorder suffisamment d’attention aux plaintes du malade pour maintenir un contact, mais sans les entretenir. Il faut éviter à tout prix le risque de voir la personne hypocondriaque s’enfermer peu à peu dans l’isolement, l’incompréhension, voire la dépression. Il s’agit de l’inciter à trouver d’autres satisfactions et des centres d’intérêt qui peuvent la détourner de son obsession. Dans tous les cas, la moquerie est exclue et l'indulgence s'impose.


+ D’INFOS

  • Pour poser un diagnostic d’hypocondrie, il faut que les symptômes durent six mois.
  • Selon un sondage IFOP datant de 2014, il existerait 8,5 millions d’hypocondriaques sur le territoire, soit plus de 12% des Français. Des chiffres en hausse depuis le Covid.
  • L’hypocondrie touche autant les hommes que les femmes.
  • On note que le nombre d'hypocondriaques augmente avec la vulgarisation et la démocratisation des savoirs médicaux (forums, blogs etc.).
  •  La personnalité est un facteur entrant grandement en compte dans le développement de la pathologie. Par exemple, une personne de nature stressée et inquiète, sera plus sujette au développement d'un comportement hypocondriaque. Les individus ayant des difficultés à gérer leurs émotions et à tout dramatiser seront également davantage concernés.

 

S. Royer

Note globale : 4/5 (124 votes)